SCRIPTURAE

La Flamme ( 26 février 2021)

Je suis Delphine Volange et j'appartiens à la Société du beau sexe.

N’étant la mère de personne j’escomptais que celles qui le sont iraient enragées par les rues de France défendre en lionnes la vitalité et le visage outragés de leurs petits qui vivent depuis des mois sous la chiffe.

Comme j’avais cru que celles proclamées féministes iraient ensemble gonfler une vague irrépressible contre l’affront sans nom fait à leurs sœurs en couche tenues jusqu’à l’automne dernier de donner la vie sous un masque.

Mais je vis hier encore une jeune mère indigne gourmander son petit garçon déjà emmuselé qui risquait de rendre des gens fort malades en portant trop négligemment sa chiffe.

J’ai dû rêver enfant d’un Armageddon où nous serions unis d’évidence contre l’épouvante, où le roi mon père saluerait mes bravoures, où nous serions les héros flamboyants et solidaires dans le roman.

Je croyais que les ailes de l’amour tiendraient tous les gentils blottis ensemble contre l’adversité par-delà les abîmes. 

Je n’avais pas imaginé que ce cauchemar où nous sommes serait doublé d’un autre mauvais rêve, non moins insidieux.

Car nos frères, nos sœurs et nos parents cachent encore je ne sais quelle honte sous un chiffon chimique et envisagent le sérum salvateur comme une heureuse fatalité.

Au sein de nos liens chéris, spéciaux et uniques ces désaccords caricaturaux, communs s’insinuent effrontément, avec pour nous leur dure leçon d’humilité.

Mais tout cela trahit bien pire qu’un différend sous le ciel de la matrice. 

Si nos érudits bien-aimés et civilisés peinent à comprendre ce que des grands-mères roumaines ou inuit sentent d’instinct dans les plaines de l’Arctique c’est parce qu’elles savent les choses de la Nature, les hauts secrets de la Vie et qu’aucuns poisons artificiels aucuns sortilèges malfaisants de l’Apocalypse ne sauraient jamais se soustraire à leur éminence. 

Pour moi, à défaut d’herbes folles et de Carpates j’ai grandi au jardin des Tuileries quelque part dans la Voie lactée où la lune fait luire dans le noir le marbre des statues. Mais dans ces tragédies d’amour qui vous dérobent le monde et le goût des fleurs, les fils de mes bas ont fini par se prendre à ces voiles qui dit-on recouvrent la conscience, me laissant entrevoir un peu ce qui est caché et que je ne saurais raconter sans mystère ni précautions infinies de délicatesse envers mes frères humains.

Faut-il donc s’être éveillé souventes fois d’un lieu crépusculaire de l’intelligence et d’une sorte d’hypnose pour n’être plus dupe du pervers ou grossier cours des choses…sous le ciel de la matrice où la fausse lumière, les mensonges et le ridicule tuent ?

Nous la Légion des Doux qui avons surmonté en secret de vertigineux scandales, la profanation de notre tendresse, nos allégeances insensées et de cruels vaudevilles, nous n’avons plus peur de voir en face : la Ténèbre.

Et nous brillons dans le noir.

Mais nous tremblons aussi pour ceux que nous aimons.

En plus de saigner chaque jour face à l’humiliation consentie et à l’héroïsme châtré de beaucoup.

Nous craignons pour eux, quand bien même ils s’agacent de nous ou nous mésestiment.

Nous brûlons d’amour.

Serait-ce parce que l’ange d’amour est sans pitié ?

Parce qu’il nous veut toujours plus grands et sages et bienveillants et pleins de courage ?

Et nous fait passer ici l’épreuve de la plus haute flamme.

Pour qu’une fois conquise elle embrase tous ceux que nous chérissons et les protègent surnaturellement des dangers encourus, des bêtes cornues, des enfers et de tous les venins.

Et qu’elle éclaire notre passage à tous depuis les caves de l’Empire vers la lumière du jour.

Bien que la nuit fasse peser sur nous son lourd manteau, l’aube viendra.

Les Légions ( 23 décembre)

 

Je suis Delphine Volange et j’appartiens à la Société du beau sexe.

Après qu’un ultime décret le 21 décembre a semblé nous faire sombrer plus bas encore au séjour de l’Enfer je m’en fus hier devant l’Assemblée nationale de la France dans le quartier où j’ai grandi chez les sœurs de sainte Marie des Invalides.

J’avais choisi mon manteau gris perle, celui qui fait à mon long cou un écrin brumeux et nacré comme d’un cygne la robe. Dans mon sillage embaumé de muguet -parmi d’autres souvenirs odorants du printemps- les vents ont semblé défaillir d’amour en me portant jusqu’à la place du Palais Bourbon.

Quittant mon char aérien que tirent les mésanges de Paris je ne trouvai cependant personne, en dehors d’un noir essaim de policemen pourvus de pistolets à mitraille.

Finalement, j’avise un jeune homme aux longs cils et contestataire. Je poursuis donc ma flânerie sur la place en attendant -confiante- la glorieuse équipe des rebelles.

Aussitôt un blond armé jusques en haut du masque vient me signaler que je serai sous quelques minutes passible de procès-verbal. 

Ah oui ?

Il explique : aucune réunion protestataire n’ayant été permise par l’Empire je serai bientôt -quand 18 heures allaient sonner à l’horloge du Palais- : hors la loi.

Illégitime, seule face à une douzaine de ces hommes cuirassés sur la place où j’ai vécu, hors la loi dans mon petit manteau au col de neige et mes effluves tendres, avec là-haut par-dessus ma tête mes mésanges bleues suspendant leur élan à mi-hauteur du Palais.

Je tiens à répondre à ce blond comme à un être compréhensif et m’entends lui parler sur le ton d’une candeur non feinte -la mienne- quoiqu’un rien enjouée dans la pièce de théâtre.

Insensible à mes finauderies, il me répond après quelques secondes ébaubies : heu…vous êtes prévenue.

Je décide de prévenir aussi le garçon aux longs cils que je rejoins de l’autre côté de la place déserte.

Alors un officier aux cheveux noir-corbeau fuse sur moi en particulier semblant vouloir en découdre quoique d’abord indéchiffrable sous sa chiffe.     Il était 6 heures moins 5 et je le vois tergiversant avec le désir énervé de me faire du mal à moi, de me faire payer ma présence bientôt illicite ou bien …était-ce le son de ma voix qui l’exaspérait ?

Aussi je le découvre guettant chez moi l’irrespect à sa fonction qui aurait déchaîné son désir.

Ce mufle m’a semblé assez beau sous la cagoule.

Alors entre mes cils par moi recourbés dès l’aurore, je vois un éclair sombre surgir depuis ses yeux à lui jusque dans les miens et je l’entends prononcer à mon encontre le seul mal à sa disposition, une menace : disparaissez sur le champ et l’on ne veut plus revoir du tout dans ces parages…

Moi seule je reçus hier cette injonction à ne plus apparaître dans mes puissances vaporeuses, leurs redoutables effluves de lilas et l’aura invulnérable du sexe enchanteur…

Et moi de demander : mais pour toute la vie ? 

Ce fut son tour d’être ébaubi.

Il hésita un instant mais choisit de ne pas s’agenouiller pour réparer sa faille de courtoisie armé d’une branche d’églantier tremblant comme son cœur … plutôt il projeta sur moi son ombre vicieuse, la fétide, l’ordinaire intimidation grosse de toutes les injustes et aberrantes blessures infligées par l’empire dans les siècles et le sang qui sourdaient entre lui et moi comme une nuée de fantômes…il allait me faire mal, je m’en fus.

En atteignant le boulevard saint Germain, une langueur dans ma jambe gauche m’avertit que j’avais eu peur, un peu. 

Je rappelais les mésanges.

Dans une boutique de luxe de Monsieur Saint Laurent j’aperçus des vigiles en costume noir masqués de noir subjugués par leur propre image qui se trouvant au comble du chic ressemblent beaucoup à Lucifer.

Dans ma ville défigurée je vais, parée de l’étoffe de mes rêves sous mon manteau d’invisibilité visage nu au vent, chaque jour moins oublieuse que nous sommes depuis toujours la Légion des Doux, la seule invincible.

Bien que la nuit fasse peser sur nous son lourd manteau, l’aube viendra.

  

La Trouée d'Or ( 17 Décembre)

Je suis Delphine Volange et le 26 Novembre dernier, j’ai vu le petit empereur et consorts rendre l’hommage funèbre au presque ultime héros de la deuxième guerre mondiale dans la cour des Invalides. 

Tous masqués devant le cercueil selon une ordonnance en vogue qui fait ressembler une cérémonie d’honneur à un sabbat occulte et lugubre.

Je fus prise cette fois d’un violent haut le cœur.

J’ai vécu comme tant d’autres dans l’admiration fervente de ces grands hommes, ces Rédempteurs de l’Ombre que furent …que sont pour toujours les Résistants français, nés je le crois dans le but forcément divin d’écarter les mailles de la grille sur la voûte obscure de l’ici-bas et d’y sertir le diamant de leur âme : la lumière.

J’ai grandi dans un amour posthume pour mon grand-oncle Jean, polytechnicien, sachant l’annamite, le tonkinois et l’allemand entre autres langues, maître en art martial, initié, homme aimant et exquis dénoncé par un agent français, torturé, emprisonné au fort de Montluc.

Le 6 août 1943 à 18 heures il avait refusé qu’on lui bandât les yeux, qu’on lui liât les mains : il fut fusillé par la Gestapo pour fait de résistance à 36 ans.

À ces degrés sublimes, la beauté d’âme fait une trouée d’or au ciel de la matrice terrestre d’où ruisselle une rosée plus pure, un baume secourable dans le sang de bien d’autres hommes en d’autres destinées.

Tous les héros sont solaires et ceux-là font encore la fierté du mien pays où l’on a préféré oblitérer bien des noirceurs commises de plein gré par beaucoup mais absoutes par le génie du courage et la loyauté surnaturelle de si peu d’entre nous.

Si un pays qui hier a vaincu les Nazis, persécute aujourd’hui ses enfants, si on leur crève les yeux à deux pas de l’ex-Grand Café chinois où tant furent assassinés il y a 5 ans, si on impose aux plus petits de s’asphyxier sous une chiffe insane, à des femmes de porter un masque jusque dans les douleurs de l’enfantement ( !) , si on entérine sous le sceau de la loi l’expulsion mortelle d’un fœtus de neuf mois du ventre qui l’a porté, si on tétanise une foule qui proteste pacifiquement -je l’ai vu- contre des lois despotiques et détraquées- et si à la faveur de ces obscénités des pays étrangers nous regardent soudain comme une nation déchue c’est l’un des signes affreux que l’Histoire est finie.

Si un pouvoir masqué parodiant la peur honore la noblesse idéale de ces héros sans être le moins du monde digne d’elle, alors la manœuvre est pire que sacrilège. 

Je savais déjà qu’un contrat obscur nous tenait entre les griffes des seigneurs du temps. Je savais notre destin commun cadenassé tournant en boucle sur son propre mystère. 

Mais le Temps et l’Histoire apparaissent tout soudain pour ce qu’ils sont : un guet-apens, une diablerie et peut-être un pacte oublié qu’il est urgent Ô combien de révoquer.

Face à la scène des Invalides mon cœur a grondé une colère que je ne renie pas, mais derrière elle plus loin dans la cavité insondable au cœur de mon cœur, aucune histoire, aucune fantasmagorie bouffonne et cruelle, aucun effroi ne saurait tenir dans l’instant clair qui s’étire inouï …le présent majestueux sans début ni fin…spacieux à l’infini… de soleil en soleil…mon royaume, hors le temps.

Face au peloton des nains disgracieux, à l’imminente chute d’à peu près tout au bord du précipice je veux pour la dernière pièce au théâtre de l’Empire me tenir droite dessous la trouée d’or, à la verticale de ses rayons chaque jour plus radieux et regarder avec vous se dissoudre ces ténèbres éphémères comme Jean -qui savait- au bord d’entrer... dans la splendeur.

Les Rivières ou Jérôme ( 7 Décembre)

Je suis Delphine Volange et j’appartiens à la société du beau sexe.

Le 26 Janvier 2019, j’apprends qu’un capitaine barbichu des gilets couleurs du soleil vient d’être blessé gravement place de la Bastille. 

Émue, je m’enquiers des nouvelles de cet homme et j’accède aux images de sa mésaventure visibles sur les internets.

On l’y voit en effet enjoindre ses troupes à une dispersion sur le champ, les appeler résolument à ne céder à aucun instinct violent contre la légion policière, on entend dans sa voix une sincérité flagrante puis le voilà qui s’effondre sous un coup invisible alors on le découvre évanoui, gisant au sol l’œil crevé, un filet de sang flanquant sa joue droite au-dessus de sa grande barbe comme sur une image sépia un poilu tombé au front.

C’était à peine quelques minutes après la réalité temporelle des faits, et je fus à cet instant prise d’un sanglot qui sembla ne plus vouloir finir…

Parmi les malheurs du monde on ne choisit pas celui qui tout soudain vous reconduit à l’innocence : la balle tirée dans l’œil du brave et séditieux Jérôme m’a rappelée impérieusement …à cette présence candide en moi-même et que je Suis, celle qui aima tout et tous d’emblée absolument, souriant aux anges et aux humains sans distinction, dans une infinie tendresse d’abandon … : l’enfance de mon cœur.

Tout soudain l’injustice, la cruauté, le mal intentionnel fait à cet homme et à tous les autres, cette calamité qui aurait pu s’abattre sur mon frère ou un cher ami passant par là comme ce fut le cas pour bien des jeunes gens et des jeunes femmes énucléés ou amputés, défigurés au hasard des rues de mon enfance, tout le vicieux arsenal des hommes dans les siècles, notre humaine condition, tout cet enfer sanglant, ce déploiement de méchanceté, de trahison et d’absurdité… comment dire ? : ce que l’on sait par cœur s’éprouve parfois de neuf.

La compassion nous choisit-elle un jour passionnément pour verser à travers nous son tribut indispensable à la survie du monde, son baume exact et mystérieux… ?

Du moins l’ai-je espéré, Ô Jérôme.

 Certaines larmes dessillent le regard, ce qu’on perçoit alors est indicible. 

Et ce qui se montre à nous aujourd’hui monstrueux plutôt que déplorable nous renseigne sur autre chose encore qu’un pouvoir devenu perfide ou discrétionnaire, prophétisé par bien des penseurs.

C’est autre chose de plus terrible et de plus fabuleux.

Nous savions déjà que le mal court.

Que le pire est passé partout.

Mais notre décor familier se fissure sous nos yeux comme la soie éventrée du cocon.

C’est la réalité intangible de ce monde depuis la nuit des temps qui se révèle.

Son impossible secret. 

Et sa lumière factice.

 Nous autres qui enfants avons réprimé nos larmes par pudeur et par fierté, incandescents et vulnérables nous avançons aujourd’hui-même hors le Temps, hors l’Histoire, hors la cage de verre, ses labyrinthes de malheur et ses mirages d’épouvante.

Nous pleurons des rivières parfois mais leur courant est intrépide à travers la forêt de nos propres ombres jusqu’au fin fond de la scène au théâtre de l’Empire, où la salle des machines et ses trompe-l’oeil grincent et se disloquent à la fin du cauchemar.

 

Bien que la nuit fasse peser sur nous son lourd manteau, l’aube viendra. 

Les Abysses ( 24 Novembre)

 

Je suis Delphine Volange et j'appartiens à la société du beau sexe.

Hier, je m’aperçois que je compte parmi ceux qui dans les hautes sphères  semblent (en ce moment-même) entraîner

le monde en enfer…un ami. 

Un cher et bienveillant ami d’enfance.

Devenu politicien depuis lurette, voilà qu’il souffle aujourd’hui en coulisse à l’oreille de l’un de ceux qui prônent en public …une inoculation imposée du sérum salvateur.

C’est-à-dire selon mon cœur une des pires choses imaginables au théâtre de l’Empire.

Or cet ami ayant écouté en Octobre mes petits billets avait voulu m’exprimer dans un élan son émotion de beauté malgré disait-il la dissonance de nos pensées sur le fond.

Je fus -sans le lui faire savoir- bouleversée.

Y avait-il rien de plus émouvant, de plus précieux que cette réponse de sa part ?

Même si en guise de fond, j’ai pensé d’emblée aux fonds…marins, aux plaines abyssales, aux monstres et aux fleurs fantastiques plus inconnus dit-on que la surface de la lune…et qu’une nuit absolue nous dérobe à la vue depuis toujours.

Et…me revoilà à présent penchée tout au bord de ce fond… trouble.

Mon ami souhaiterait donc que je tende de force mon bras tendre, maigrichon et marmoréen à l’aiguille d’un soldat diligenté par l’état… ?

En toute bonne foi il le voudrait. 

Décidément ce long cauchemar où nous sommes est fait d’étranges séquences.

Je savais déjà entre toi et moi de profondes dissemblances et nous jouons aujourd’hui chacun notre rôle dans

le grand théâtre.

Je fus tentée de t’associer un instant aux légions ennemies.

La guerre a déjà commencé.

Mais mon cœur s’y refuse d’évidence et sent que ce n’est pas une voie.

Or, j’ai connu bien d’autres mauvais rêves.

Qui n’a jamais affronté l’ange de la nuit ?

Quand par exemple une force émanée du plus sombre de l’être qu’on aime s’acharne à enfreindre les lois de l’amour

et pire déploie pour ce faire une sorte d’ingéniosité assassine ?

Ceux qui pensent que j’exagère sont bénis.

Car la chose est arrivée à bien des fées même et il faut s’être déjà réveillé de ce sortilège pour ne pas craindre une autre emprise et son ombre d’épouvante.

Puisqu’on a déjà distingué dans les tréfonds de son propre cœur.

Et l’on n’ignore plus alors que les instances perverses, les tyrans et les bêtes cornues ne sont vraiment que le reflet

de nos ombres maléficieuses, celles qui nous chuchotent en tapinois que nous sommes …trop petits, indignes de joie ou même peu aimables dans le fond.

Aussi -mon ami- je m’engage à ne plus jamais renier l’éminente et puissante grâce de ma personne humaine, ma liberté de droit divin, mon honneur à dire ma vérité, à agir en conformité avec elle et à m’élever pour elle au nom de cet amour qui souvent me submerge envers mes frères humains.

Au fin fond des abysses, vers le magma terrestre, pulse depuis peu le noyau révélé, le cœur en cristal de ce monde

qui bat chaque jour plus fort : le Rappel.

Bien que la nuit fasse peser sur nous son lourd manteau, l’aube viendra.

Le Roi mon Père (5 Octobre)

Je suis Delphine Volange et j'appartiens à la société du beau sexe.

Depuis le début de ces évènements le roi mon père s’est raidi souventes fois en m’écoutant lui raconter certaines réalités que je perçois sans qu’elles ne coïncident jamais avec ses convictions sur les affaires du monde…et je l’ai surpris comme écartelé entre son estime pour (je le cite) « la fine intelligence » de sa fille, sa grande affection pour elle et tout l’insensé pour lui de mes propos. 

Aussi j’ai vu mon père mener bataille contre l’assaut des démons du jugement de l’intolérance et pire que tout de l’agacement.

Et comment nier ce qui m’étreint aussi le cœur quand je prends la mesure d’un abîme entre nous plus menaçant que je n’aurais cru. 

Autrefois mon intuition ne regardait que moi, mes poésies, mes amants et le chant vibrant des fleurs. 

Aujourd’hui toutes celles qui parlent aux fées depuis leur naissance sont comme vouées à distinguer dans la ténèbre de l’Empire mieux que bien des hommes d’esprit.

Mais au bout de chaque tempête et des escarmouches je vois mon père inéluctablement faire pour moi alliance avec la fine pointe de son âme, celle par qui tout s’éclaire …et il me sourit tendrement. 

Alors à cet instant c’est comme si je lui avais donné rendez-vous depuis l’au-delà de cette vie, depuis une éternité à cet exact point de grâce hors du temps de ce monde où la farce cosmique, le tragique et la drôlerie de tout nous éclaboussent.

Alors nous triomphons ensemble des légions grouillantes et maléficieuses.

Ainsi nous faisons notre part du haut combat.

Mon père chéri sans le savoir procure au monde le seul miracle secourable.

Il ne s’agit plus guère d’avoir raison ou tort dans les brouillards de l’ici-bas.

Dans la guerre où nous sommes rendus où tout est vrai et faux ensemble, où tout est fou quand tout veut être raisonnable, où ce qui nous protège peut tuer, comment ne pas s’en remettre à des instances plus…grandioses ?

Seul l’Amour rend visionnaire.

Dans cette guerre les discordances n’ont pas d’autres desseins secrets que de nous élever au-delà d’elles vers un air si pur qu’il euphorise le cœur ou le chavire à merveille.

Si je veux être sincère pour de bon, j’espère chaque fois comme une enfant que mon père, au bout du compte, m’aime absolument.

Et son sourire entendu nous reconduit au ciel où l’on n’a plus d’avis puisqu’on n’est plus personne qu’une joie aimante et suave dans l’intelligence souveraine de la lumière.

Bien que la nuit fasse peser sur nous son lourd manteau, l’aube viendra.