KAIROS

Le bureau soutient les destinées musicales et scéniques de Delphine Volange, initiatrice de La Raison des Roses.

ob_4f312a_rolf-a-enchantress-the-enchant

L’Enchanteresse, gardienne des Secrets et de la Volupté sacrée, tient le soleil et la lune.

Les cycles cosmiques s’enroulent autour d’Elle qui préside à l’instant : LE kairos.

Ce moment unique qui échappe au temps et peut changer le cours de l’Histoire, la nôtre.

Je fus toute enfant habitée de prémonitions dont la plus prégnante consistait à ressentir le sens de ma venue au monde à l’aune d’un chambardement immense à venir. 

Une part de mon être savait que s'y jouerait, que se jouait déjà -dans l'au-delà du temps- un haut combat.

J’éprouvais la coïncidence de cette bataille avec mes propres défis et je le savais : je n’étais nulle part étrangère à cet avenir qui se tramait.

D’une certaine manière tout en sentant ma peur j’avais aussi le désir de ce qui viendrait : un appel déjà vibrant à me tenir droite et à coïncider avec ma meilleure part, si intime, si présente et si lointaine, ma propre flamme à conquérir.                                            Je pressentais la dualité féroce de ce monde, par là celle de ma nature humaine. 

J’entrevoyais les périls en même temps qu'une opportunité magicienne.

Un temps légendaire.

Vraiment je me souviens de cela.

Mais peu importe à quel moment je fus avertie de ce qui advient.

Nous y sommes.

Quelle que soit la forme que prennent les chambardements, qu’ils nous conduisent soit à cet effondrement redouté, soit à une lente révolution de la vie terrestre soit aux deux, la menace résonne au cœur de nos cœurs.

La voilà qui convoque notre part chevaleresque.

Et au-delà de la menace, s'élève en sourdine le murmure cosmique des forces universelles auxquelles appartient la Terre, celles qui l’irriguent sans cesse et lui font un écrin fantastiquement grandiose.

C’est cette musique délicieuse dont j'aimerais faire entendre quelques notes, telles que je les perçois.

Si « les rouages invisibles qui font tourner les mondes sont les mêmes que ceux qui étreignent nos cœurs » ne serait-ce pas -par les temps qui courent- un arcane magique au secours des habitants de la planète bleue?

                         Par Iris Brosch